Pourquoi les légumes et fruits sont bons ?

On entend souvent dire qu'il faut consommer des légumes et des fruits
( 10/jour ) oui mais pourquoi ? me direz vous !

Les fruits et légumes c'est beau , c'est coloré , c'est bon , sucré , vitaminé , acidulé, bref ... Pas seulement ça !!!!!!!

legumes1

Les légumes verts et les fruits

Salades, concombres, tomates mais aussi pommes, oranges, fraises... Les fruits et légumes sont nombreux. Ils sont riches en fibres, vitamines ou sels minéraux. Indispensables à chaque repas !

C’est une grande famille que celle des fruits et des légumes car on y classe l’ensemble des "végétaux non amylacés" autres que ceux apportant de l’amidon, soit l’ensemble des fruits et des légumes, quelles que soient leurs couleurs ou leurs formes. Les végétaux riches en amidon (réserve glucidique du règne animal) sont en fait les féculents (légumes secs, céréales et pommes de terre). On rencontre donc ici l’ensemble des légumes crus ou cuits de notre alimentation : les salades, les concombres, les tomates, artichauts, betteraves rouges, céleris, poireaux, carottes, endives… ainsi que l’ensemble des fruits : pommes, poires, clémentines, brugnons, pastèques, cerises, oranges, kiwis, fruits tropicaux…

marche_fruits


Fruits et légumes à tous les repas !

Les aliments de ce groupe contiennent très peu de protéines et de lipides mais sont en revanche très riches en fibres, sels minéraux et vitamines diverses, notamment ceux ayant des propriétés anti-oxydantes, en eau, ont des teneurs variables en glucides. De par la richesse en micronutriments de ces aliments il faut en consommer abondamment à chaque repas. Leur teneur en protéines est très faible, en général on en trouve moins d’un demi gramme pour cent grammes de produit, avec des protéines incomplètes car déficitaires en certains acides aminés essentiels. Les lipides sont quasiment absents des légumes et des fruits.

Riches en fibres, vitamines et minéraux

La principale qualité nutritionnelle des fruits et légumes réside dans leur richesses en sels minéraux et vitamines de toutes sortes. Les minéraux sont essentiels au bon fonctionnement de notre organisme au même titre que les vitamines. A côté des minéraux et vitamines, on trouve aussi d’autres substances qui favorisent leur utilisation par notre organisme.

Leur teneur en fibres est significative. Ces fibres, solubles et insolubles, ne peuvent pas être digérées par notre organisme et ont à ce titre de nombreux effets bénéfiques sur ce dernier : amélioration du transit intestinal et du fonctionnement du colon, intérêt bénéfique sur les taux sanguins de cholestérol et de triglycérides, amélioration de la flore bactérienne symbiotique qui vit dans le colon.

Les glucides sont quasiment absents des légumes mais bien présents dans les fruits. Les fruits acides comme les agrumes en sont moins riches que les autres fruits. Les fruits et les légumes sont aussi un vecteur d’hydratation important puisqu’ils sont constitués à 80-90 % d’eau.

Aussi bons crus que cuits...

La préparation des légumes fait grandement varier leurs teneurs en nutriments et donc leurs qualités nutritionnelles : le parage et la cuisson des végétaux entraînent de nombreuses pertes en vitamines et minéraux, pertes dues à la chaleur, à la lumière, à l’oxydation, à la dilution dans le milieu de cuisson ou de trempage. C’est pourquoi il faut consommer des végétaux cuits mais aussi beaucoup de végétaux crus, plus riches en vitamines et minéraux, mais moins bien absorbés au moment de la digestion.

L’effet bénéfique sur la santé des fruits est légumes est aussi fonction de la quantité ingérée quotidiennement et on recommande d’en consommer environ 500 g, sous différentes formes (crus, cuits, en compote, en jus) et à tous les repas, y compris le petit déjeuner.

Dr Thibault Layat

grainesgermees












Avez-vous déjà goûté aux graines germées ?
C'est un moyen simple et économique de s'alimenter. De plus, c'est une nourriture de grande qualité nutritionnelle.

Tout d’abord, il faut choisir des graines de bonne qualité, qui n'ont subi aucun traitement chimique tant pendant la culture qu'après la récolte et,  pour ne pas se tromper,  mieux vaut utiliser des graines provenant de l'agriculture biologique. Il est aussi important qu'elles aient été bien stockées et qu'elles ne soient pas trop anciennes (2ans maximum).

Pourquoi consommer des graines germées ?

Yolande Buyse, dans son livre Forme et Jeunesse à tout âge aux Editons Naturazur Vie et Action, écrit : "les graines germées représentent pour l'homme une de ses meilleures nourriture: alimentation vivante, qualité, coût très bas, stockage et conservation aisés, rapidité de préparation, régal du palais, des yeux et du nez, digestion rapide et facile."

Quelles sont les graines que l'on peut faire germer ?

Un grand nombre de graines peuvent être consommées de cette façon. Eviter les graines qui mettent beaucoup de temps à germer comme le persil.

Vous pouvez donc faire germer :

  • Les légumineuses ou papilionacées: azukis (petit haricot rouge), haricots (sauf les verts), fénugrec, alfalfa ou luzerne, lentilles, petits pois, pois chiches, soja, trèfle

  • Les céréales: avoine, blé, épeautre, maïs, millet, orge, riz, sarrasin, seigle, kamut (sorte de blé), quinoa

  • Les oléagineux: sésame, tournesol

  • Les ombellifères: carotte, céleri branche, céleri rave, fenouil

  • Les mucilagineux: cresson, lin

  • Les crucifères : moutarde, radis, navet, différents choux.

http://www.naturosante.com/rubriques/conseils/conseil.php?25

Légumes secs

Il y a quelques années, nous consommions peu de légumes secs en France, mais ils sont en train de revenir sur le devant de la scène. Qui s’en plaindrait ? Ils sont excellents pour la santé et très économiques. Il existe une multitude de légumes secs. Citons par exemple les fèves séchées très utilisées au moyen orient pour fabriquer les falafels, les pois chiches, star du houmous, les haricots noirs, indissociables de la cuisine brésilienne, les cornilles, appelés également « black eyed bean » en raison de leur drôle de petit œil noir, sont fréquemment utilisés dans la cuisine portugaise. En France, les plus connus sont les lentilles, les pois cassés ou les haricots blancs comme les lingots, les mogettes de Vendée ou les tarbais. Pour bien les réussir, vous devrez en général les tremper toute une nuit dans l’eau froide. Pour la cuisson, recouvrez toujours vos légumes secs d’eau froide non salée car le sel les rendrait trop durs et ajoutez des feuilles de laurier, de l’ail et des oignons. Une fois cuits, ils sont excellents en purée, en soupe, en légume d’accompagnement et en salade.
Certains légumes secs existent en boites, déjà cuits, ce qui vous fera gagner du temps.
Dossier réalisé par Pascale Weeks.


Je tiens cependant à attirer votre attention , sur le faite que dans la grande distribution les légumes sont très souvent irradiés , d'où l'intéret d'être vigilant durant vos achats ( bien qu'il y est une loi obligeant les étiquetages celle-ci  n'est pas vraiment respectée ...

Aliments irradiés : le grand secret

Si un aliment irradié n'a plus de vie, à quoi peut-il servir ? La ionisation alimentaire
est une escroquerie scientifique, un remède préventif pire que le mal …

Irradiation, ionisation, c'est quoi ?


Irradier, veut dire soumettre à un rayonnement radioactif de type bêta (provenant de particules), ou de type gamma (cobalt 60) l'autre terme (plus discret) est l'ionisation.

L'irradiation au cobalt 60, émet des rayons gamma qui irradient alors, à quarante kilograys (KGy), des palettes entières d'aliments convoyés en boucle sur tapis roulants.

L'irradiation au césium 137, parce qu'il n'a pas besoin d'un couvercle d'eau, est d'un usage beaucoup plus pratique. Intégré dans une mini-centrale nucléaire mobile, il est transporté en camion, d'une usine à l'autre, au gré des contrats, en revanche il est beaucoup plus instable.

A quoi sert l'irradiation ?


L'irradiation est utilisée pour retarder le mûrissement des fruits, pour empêcher les légumes de germer, pour tuer des bactéries responsables du pourrissement ou pour se débarrasser d'insectes sur les aliments. Il y a actuellement une forte pression internationale de la part de l'industrie de l'irradiation et d' autres organisations (comme l'OMS !) pour généraliser son l'utilisation.


Qui utilise l'irradiation ?


Actuellement, cinq pays de l'Union européenne autorisent l'irradiation ou (ionisation) d'autres aliments : la Belgique (8), la France (16), la Hollande (8), l'Italie (3) et le Royaume-Unis (10).

Pour voir la liste des aliments concernés :
Ionisés : la liste secrète !

Jusqu'à présent, la pression de l'opinion publique a été forte pour s'opposer à l'ionisation des aliments. Ainsi, selon les organisations de consommateurs, cette technologie n'offre pas de réels bénéfices aux consommateurs, ce serait même plutôt le contraire et pourrait tromper ceux-ci sur la fraîcheur réelle des produits !


Les dangers liés à << l'irradiation >> des aliments


L'irradiation des aliments dégrade la qualité de ceux-ci notamment en détruisant les vitamines qu'ils contiennent et en faisant apparaître de nouveaux composés chimique dont certains sont cancérigènes. Malheureusement, voici une raison de plus pour manger naturel (Bio).

Ainsi l'ionisation peut détruire jusqu'à 80% de la vitamine A des œufs et 48% du Béta carotène du jus d' orange ! (1) De plus l'ionisation des aliments peut faire apparaître dans ceux-ci des composés appelés cyclobutanones, qui sont des promoteurs du développement de cancers et causent des dommages génétiques chez le rat.

Chez l'homme on sait qu'il créent des dommages aux cellules et aux gènes (cytotoxicité et géno-toxicité) (2). D'autres composés tels les radicaux libres ou le benzène, le toluène … apparaissent lors de l'ionisation d'aliments (ces composés sont connus pour favoriser l'apparition de cancers, maladies cardio-vasculaires, …).

Une riche littérature scientifique illustre ces dangers (3). Pourtant la Commission européenne ou l'OMS (organisation mondiale de la santé) refusent toujours de prendre en compte ces dangers mis en évidence par ces études scientifiques. Pourquoi ?

(1) FDA Memorandum, from Kim Morehouse, Ph.D. to William Trotter. April 11, 2000. Voir aussi : Diehl J.F. " Combined effects of irradiaton, storage and cooking on the vitamin E and vitamin B1 level of foods." Presented at the 33 rd Annual Meeting of American Institute of Nutrition, 1969.

(2) Delincée, H. and Pool-zobel,B. " Genotoxic properties of 2-dodecylcyclobutanone, a compound formed on irradiatio of food containing fat." Radiation Physics and Chemstry, 52:39-42, 1998. (Co-sponsored by the International Consultative Group on Food Irradiation.)

(3) Un document de 6 pages réalisé par l'ONG américaine " Public Citizen " est disponible auprès du MDRGF sur simple demande par email à : courrier@mdrgf.org

http://www.bioweight.com/irradier.html